Blog - Ons Abid
Tunisia photo-du-jour-journalistes-et-ministres-a-la-mode SELFIE
http://www.businessnews.com.tn/photo-du-jour-journalistes-et-ministres-a-la-mode-selfie,520,45957,3



This is an article published in Business News following the selfie I did with Tunisian Prime Minister Mehdi Jomaa and journalist of Jeune Afrique Samy Ghorbel

04/27/2014 10:49
Article translated by Google Translate

Trendy selfie reached Tunisia and even members of the government who take the game with some stars journalists.

Thus we see the head of government Mehdi JOMAA in selfie with Samy and Ghorbal Ons Abid or the Minister of Tourism, Amel Karboul with Emna Ben Jomaa this morning Sunday, April 27, 2014 at TEDx Carthage.


A way as any of the government approach more youth and new hobbies.
The selfie, declension of the word self, is a photographic self-portrait with a digital camera or mobile phone device.




Ons Abid : photojournalist in Tunisia

http://terangaweb.com/ons-abid-photojournaliste-en-tunisie/

Ons Abid : photojournaliste en Tunisie
Posted about 96 jours ago | 2 comments
inShare

Ons Abid est une artiste tunisienne. Diplômée de l’école des Beaux Arts de Tunis en 2004, elle débute sa carrière en tant que graphiste dans le milieu publicitaire. Elle retourne ensuite à ses premières amours, la photographie. C’est en tant que photographe et photo-reporter que ses clichés paraissent dans des publications françaises et tunisiennes. Depuis peu Ons expose ses photographies, dans des festivals internationaux, des expositions de groupes et individuelles. Dans cette interview accordée à Terangaweb, Ons revient sur sa passion, partage son regard sur les mutations dans son pays depuis la révolution et nous donne son sentiment sur son avenir.

Bonjour Ons Abid. Comment êtes-vous arrivée à la photographie ? Quelles ont-été vos influences ? Avez-vous des références africaines ?

J’ai eu la chance d’avoir mon premier appareil photo à onze ans : un cadeau d’un oncle photographe. Je pense que cela a été le plus beau cadeau de ma vie ! Un jouet pas comme les autres ! Mais aussi un jouet qui coûtait cher à mes parents, car les pellicules n’étaient pas données. J’avais droit à une par mois et pour me gâter quelquefois à deux. A l’époque, je voulais tout photographier : amis, voisins, mariages et surtout des personnes que je ne connaissais pas. Cela rendait mes parents furieux : photographier ceux qui ne sont pas de la famille et en plus dépenser l’argent pour développer les pellicules…mais je me débrouillais pour ne pas leur montrer tous les tirages…

Je suis à la fois influencée par la photographie humaniste et documentaire. Il y a plein de photographes comme Henri Cartier Bresson, Elliot Erwitt, Abbas, et surtout Martin Parr. Pour la photographie africaine Seydou Keita et Malick Sidibé du Mali, et Filipe Branquinho du Mozambique.

Votre œuvre de photographie est particulièrement bien accueillie en Europe et surtout en France. Qu'en est-il en Afrique, au Maghreb ?

Après avoir terminé mes études à l’Ecole des Beaux-Arts de Tunis en 2004, j’ai travaillé en tant que graphiste puis directeur artistique dans une agence de publicité pour plusieurs marques internationales. Je faisais de la photographie publicitaire et évènementielle en parallèle. La présence de l’humain était un facteur important dans mon travail. J’avais un penchant pour la publicité humaniste sans m’en rendre compte. Ce qui est important pour moi, ce n’est pas le produit ou le fabricant mais plutôt les personnes qui témoignent d’une réalité juste. En 2007, j’ai commencé accidentellement à collaborer avec le quotidien tunisien Le Temps du groupe Dar Essabeh, puis le magazine Tunivision, puis j’ai arrêté. J’ai compris qu’être journaliste ou photojournaliste pour la presse tunisienne ne faisait pas vivre, d’autant plus qu’il n’y avait pas de liberté d’expression. 
La photo était le dernier souci des rédactions. Elle vient toujours dans un dernier temps. Le photojournaliste fait son métier sous la pression et la censure que pratique le gouvernement. 
En 2008, j’ai eu l’occasion de publier des photos dans AM Afrique magazine, puis dans le journal Jeune Afrique et c’est là ou ma carrière a pris une nouvelle tournure.

En 2009, j’ai décroché une résidence à l’Ecole Nationale de la photographie d’Arles, puis j’ai été choisie parmi quinze photographes du monde arabe pour le « Mena Photojournalism program » par le Word Press Photo, c’est là où j’ai décidé de revenir en Tunisie et de me consacrer complètement au photojournalisme.

Vous avez évoqué la difficulté de réaliser des clichés à Tunis durant la période révolutionnaire en 2011. Les conditions se sont-elles améliorées depuis le début de la présidence de Moncef Marzouki ?

La révolution était brusque et inattendue, le pays en ébullition. Internet était un moyen important dans le déroulement des événements. On sentait un grand malaise mais les événements se sont succédés d’une manière très rapide. Je me suis trouvée au milieu du mouvement sans le vouloir. Le système policier de Ben Ali était très présent. J’ai passé plus qu’un an à bosser sans obtenir la carte de presse. Un moyen de mettre la pression sur les journalistes tunisiens.
 Après deux ans de révolution, la situation des médias et de la presse est toujours d’actualité. Le gouvernement sait qu’ils jouent un rôle important dans le processus démocratique. La situation ne dépend pas d’une seule personne, comme le président Moncef Marzouki, mais de plusieurs forces à la fois. La société civile joue un rôle important dans le processus de la liberté de presse. 
Le contrôle de l’information et de l’image a participé à l’installation du dispositif nécessaire à une belle dictature pendant 23 ans. La photo de Bouazizi immolé sur tous les réseaux sociaux, a été un élément important dans le déclenchement de la révolution, car non seulement on s’appuie sur une info mais aussi sur une preuve visuelle : « la preuve par l’image ».

Quel regard portez-vous sur l'appropriation de la photographie par la jeunesse tunisienne ? La pratique se développe t-elle? Souhaiteriez-vous une implication plus forte de l’État pour promouvoir cet art ou faut-il laisser cette tâche à des organismes ou des personnes davantage dépolitisés ?

Je pense que l’implication de l’Etat pour promouvoir la photographie est importante. L’ancien gouvernement a toujours rejeté la pratique photographique car elle pouvait menacer son existence. La preuve, on n’a aucune école de photo dans tout le pays. J’ai du faire des études à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Tunis (ISBAT) par défaut. Quand, plus tard, j’ai eu l’occasion d’enseigner dans cette école, notamment le graphisme et la photo publicitaire, j’ai compris que la politique du pays consistait à ignorer, voire rejeter, cette discipline. Les étudiants se faisaient arrêter quotidiennement car il fallait avoir des autorisations pour tourner à l’extérieur. Découragés, ils ne voulaient plus travailler cette matière à l’école. Le 14 janvier 2011 constitue un changement radical dans le comportement de la jeunesse tunisienne. Tout le monde criait le fameux mot « DEGAGE » devant le ministère de l’Intérieur tout en photographiant et en filmant. C’était un acte de défi aux pouvoirs qui prohibaient cette pratique.

Aujourd’hui, l’Etat doit montrer sa solidarité avec les photojournalistes. Beaucoup de talents ont émergés après la révolution mais le marché reste fragile. La demande n’est pas importante et le prix de l’image est encore dérisoire dans les journaux tunisiens. Tout doit être restructuré pour revaloriser la photographie de presse et d’art. Heureusement que plusieurs organismes essaient de s’impliquer dans le développement du photojournalisme comme le World Press Photo qui va entamer une grande formation pour les photojournalistes du monde arabe.

Vous avez commencé à exposer vos photographies à Tunis en 2006 dans des festivals puis vous avez participé à de nombreux programmes internationaux (Afrique, Europe…). Votre première exposition personnelle s'est déroulée en début d'année en France, à Perpignan. Une exposition individuelle dans votre pays natal, la Tunisie, est-elle prévue ?

J’ai toujours eu un penchant pour les expositions de groupe. Ma première exposition personnelle « Le souffle des libertés » sur la révolution tunisienne était à Perpignan. J’envisage d’exposer en Tunisie, toutefois je pense que les Tunisiens sont encore pris par l’histoire de la transition démocratique.

Est-il de manière générale difficile d'exercer votre métier en tant que femme en Tunisie ? Avez- vous une liberté de traitement par rapport à vos sujets tant à l'endroit des autorités que de la population tunisienne ?

Je pense que le risque sur le terrain est le même qu’on soit homme ou femme. Dans les sociétés musulmanes, être femme journaliste est un atout, car on a l’accès à la fois aux hommes et aux femmes.
 J’ai toujours exercé mon métier en toute liberté, avant l’accès à l’information était plus difficile, aujourd’hui le risque sur le terrain est important. La femme tunisienne a une place importante dans la société depuis l’indépendance. Mais depuis que la question de l’identité et de la religion est d’actualité, mon travail prend parfois d’autres tournures. Etre femme, non voilée qui travaille peut poser problème.
 Le contact avec les êtres humains est très important, les portraits de rue, les expressions de visages et le côté humain constituent un élément majeur dans mon approche documentaire. Une touche d’humour est toujours la bienvenue.

En consultant vos photos et plus généralement les images de la révolution tunisienne, la présence des femmes pendant ce mouvement de libération est évidente. Comment expliquez-vous cela ? Etait-il important pour vous de faire un focus sur cette présence forte ?


« L’environnemental portrait » et la question de l'identité constituent, depuis 2000, l'orientation majeure de mes œuvres, et m'amène de plus en plus à enregistrer les codes sociaux d'une société en pleine évolution. Je suis plus humaniste que féministe. Mais le combat de la femme reste important dans notre histoire. Sa position et son évolution m’intéressaient avant la révolution et m’intéresse toujours. Le plus dur est d’avoir son propre regard en toute objectivité. La femme tunisienne était la plus émancipée des autres pays arabes, cela me fascinait. Un acquis qui est venu après un long combat. Qu’elle soit artiste, médecin, agricultrice, ministre ou gardienne, elle mène toujours le même combat.

En 2010, j’ai travaillé sur un dossier « la condition féminine en Tunisie ». Le gouvernement essayait de contrôler les médias étrangers à travers l’Agence Tunisienne de Communication Extérieure (ATCE), il ne voulait pas que les femmes voilées figurent dans les publications. C’était absurde et contre toute déontologie. Même si elles étaient minoritaires, elles devaient faire partie du reportage. La femme tunisienne ne se résumait pas à la banlieue riche de Tunis. Finalement, j’ai réussi après trois semaines à faire la photo montrant sept femmes de différents âges parmi lesquelles la femme voilée. Ce fut pour moi un vrai exploit ! Pendant la révolution, la présence féminine était remarquable.

Il y a 2 ans de cela, les Tunisiens commençaient une révolution qui allait conduire à la chute, historique, de Ben Ali. Quel regard portez-vous sur la Tunisie actuelle? Et sur le peuple tunisien? Quels sont selon vous les acquis de la révolution ?

La révolution a changé le mode de vie des Tunisiens. Avant la révolution ces derniers avaient peur du système policier et de la dictature de Ben Ali. Malgré la grande pression, le citoyen n’a plus peur, aujourd’hui il peut revendiquer ses pensées, parler dans les médias, manifester. Qu’il soit de droite ou de gauche, laïc ou salafiste, du gouvernement ou de l’opposition, enfant ou adulte… Le rôle des médias est de préserver les acquis de cette révolution. Certes, ce n’est pas le travail d’un jour, il faut beaucoup de temps, de la patience et surtout garder un œil grand ouvert !! C’est un travail de longue haleine.

Avez-vous des expositions à venir ? Si oui, quelles sont les dates ?

Actuellement, je participe à une exposition collective dans le cadre du mois de la photo-off de Paris,
 « FOTODROID, nouvelles images du Littoral » au 20ème arrondissement de Paris. Une nouvelle génération d’images que sont les poladroïds produits à l’aide d’I-phones et de smartphones. Outre la technique commune, le thème qui relie les différents travaux est cette fois celui du littoral.
Je suis également le commissaire d’exposition « Human Screen Festival », Festival International du Film des droits de l’homme, qui aura lieu à la maison de la culture Ibn Rachik du 6 au 9 décembre 2012 à Tunis et elle aura pour thème « Le droit à l’image », sujet d’actualité après la révolution tunisienne.

Propos recueillis pour Terangaweb – l'Afrique des idées par Claudia Soppo

Crédit photos : les photos qui illustrent cet article sont l'oeuvre de Ons Abid. La première photo est un auto-portrait de l'artiste.




Alteração à Programação da 2ª Sessão da Festa da Literatura e do Pensamento do Norte de África_Ons Abid

http://www.proximofuturo.gulbenkian.pt/blog/alteracao-a-programacao-da-2a-sessao-da-festa-da-literatura-e-do-pensamento-do-norte-de-africa


Alteração à Programação da 2ª Sessão da Festa da Literatura e do Pensamento do Norte de África

Pu­bli­cado19 Jun 2012

Eti­quetas pró­ximo fu­turo

Por mo­tivos de força maior Ner­mine Hammam não po­derá estar pre­sente na 2ª Sessão da Festa da Li­te­ra­tura e do Pen­sa­mento do Norte de África. Em eu lugar es­tará pre­sente a fo­tó­grafa tu­ni­sina Ons Abid.

Ons Abid, nas­cida na Tu­nisia em 1979, é fo­tó­grafa fre­e­lancer e tra­balha para as re­vistas Jeune Afrique (se­diada em Paris), Afrique Ma­ga­zine e, mais re­cen­te­mente, Paris Match. Li­cen­ciou-se em De­sign Grá­fico no Ins­ti­tuto Su­pe­rior de Belas Artes de Tunes (ISBAT), em 2004. Em 2005 tra­ba­lhou si­mul­ta­ne­a­mente como fo­tó­grafa e como di­re­tora ar­tís­tica numa agência pu­bli­ci­tária. Em 2009 com­pletou o mes­trado em Ci­ência e Artes no mesmo Ins­ti­tuto (ISBAT), onde ficou a le­ci­onar em 2010. Vive entre Tunes e Paris, de­di­cando-se a múl­ti­plos pro­jetos na área da fo­to­grafia do­cu­mental e do video.




FOTODROID, nouvelles images du littoral

FOTODROID, nouvelles images du littoral

 

une exposition de photographies

de Ons Abid, Sandrine Derym,

Jean-Michel Verdan, Yannick Vigouroux

et Rémy Weité

à la galerie Satellite





Festival of Literature and Thought of North Africa _Gulbenkian Program Next Future

http://www.proximofuturo.gulbenkian.pt/en/lectures

Festival of Literature and Thought of North Africa




Interview Der Standar-Ons Abid 19-06-2012

 

 

"Vergiss mich nicht!"
Gianluca Wallisch, 18. Juni 2012, 18:23

Ons Abid war eine der wenigen Frauen, die während der Revolution in Tunesien 2011 für die internationale Presse arbeiteten

"Meine Fotos sind nicht bloß Illustration, ich will die Geschichte meines Landes darstellen", sagt sie.

MEHR ZUM THEMA
Druck:Aktion! Print smart. Print OKI.
Werbung

Tunis/Wien - Eine junge Frau geht die Avenue Bourghiba im Herzen der tunesischen Hauptstadt Tunis entlang, vor ihr plötzlich ein Graffito: der Umriss eines toten Menschen, wie ihn die Polizei an Tatorten anfertigt. Daneben in tunesischem Dialekt die Worte: "Vergiss mich nicht!"

Spontan legt sich die junge Frau auf den Boden, in der gleichen Pose wie der tote Mann. Die tunesische Fotografin Ons Abid erkennt die Magie des Augenblicks und drückt ab.

"Das war am 25. Jänner vorigen Jahres", erzählt Ons. "Nur wenige Tage zuvor, am 14. Jänner, hatte genau an dieser Stelle jene historische Großkundgebung stattgefunden, die für unser Land den Umbruch gebracht hat." Ons, eine der wenigen professionellen Fotografinnen in ihrem Land, hatte sich bereits eine Zeitlang auf der Avenue aufgehalten, als das Foto entstand. "Wir Fotografen standen damals unter großem Druck. Ich wusste, ich habe nicht das Recht, einen Fehler zu machen, ich muss objektiv bleiben", erzählt die 33-Jährige, die 2009 für den renommierten World Press Photo Award nominiert wurde.

Das Foto von der Avenue Bourghiba ist ein ganz besonderes, meint Ons. "Es ist ein starkes, spontanes Zeugnis, es zeigt die Rolle der Frauen, der Jugendlichen und auch der Künstler, die die Revolution retten wollten. Sie werden den Märtyrern - denn um einen solchen handelt es sich bei diesem Graffito - ewig dankbar sein. Ohne sie hätte es den Umbruch nie ge geben. Gleichzeitig symbolisieren die Leute, die weitergehen, dass das Leben nicht haltmacht."

Der 14. Jänner 2011 markierte den Wendepunkt in der tunesischen Revolution und die Initialzündung für solche in weiteren islamischen, autoritär regierten Ländern. In der Nacht zuvor hatte es 13 Tote gegeben. Vor dem Innenministerium, nur wenige Meter vom Märtyrer-Graffito entfernt, protestierten Zehntausende gegen Machthaber Zine El-Abidine Ben Ali, der nach Saudi-Arabien flüchtete.

"Jene Tage waren historisch", schildert Ons, "Wir hatten nur ein Ziel: Freiheit, Arbeit, Würde. Wir träumten von einem stabilen Land."

Inzwischen hat Tunesien gewählt, die islamistische Ennahda von Rachid Ghannouchi ist an der Macht, doch auch die säkularen Parteien regieren mit. In den vergangenen Tagen hat sich die politische Lage zugespitzt: Dutzende Salafisten lieferten sich Straßenschlachten mit der Polizei, auch einen Toten gab es. Auslöser der Krawalle war eine Kunstausstellung, bei der in den Augen der Fundamentalisten der Islam beleidigt werde.

Für Wolfgang Mühlberger, Nordafrikaexperte der österreichischen Landesverteidigungsakademie, gehört ein Angriff auf solche "weichen Ziele" zur Taktik der Salafisten: "Sie wollen die Menschen verunsichern, ihre Auslegung des Koran durchsetzen." Mühlberger warnt aber davor, dadurch den gesamten politischen Prozess gefährdet zu sehen: "Man darf die Salafisten nicht als rechten Arm der Muslimbrüder sehen. Die Ennahda, die Partei der Muslimbrüder, ist ein Sammelbecken, vergleichsweise Mainstream und reformorientiert. Das sind die Salafisten nicht, sie stehen im Widerspruch zu den Muslim brüdern. Die Salafisten sind traditionell apolitisch und betreiben bloß Schwarz-Weiß-Malerei."

Prinzipiell seien die Tunesier aber weltoffener als etwa die Ägypter, wo es verstärkt solche Phänomene des Extremismus gibt. Das sieht auch Ons Abid so: "Die Tunesier sind offen den anderen gegenüber, das beweist unsere Geschichte immer wieder." Eine Geschichte, an der auch sie selbst teilhat. "Ja, mit meinen Bildern will ich die Geschichte meines Landes darstellen. Die Revolution hat mich gelehrt, dass Bilder eine große Kraft entwickeln können." (Gianluca Wallisch, Crossover, DER STANDARD, 19.6.2012)

onsabid.com
 







Article Tunivisions Magazine 2011_ Tunisie © Ons Abid photography_Perpignan

Article Tunivisions Magazine 2011_ Tunisie

l'Image ou l'Eternité de l'éphémere

ecrit par Karim Meftali

© Ons Abid photography




Portraits Paroles de battantes Am Tunisia_photographer woman Ons Abid

Portraits Paroles de battantes _Am Tunisie_photographe femme Ons Abid

 




Catalogue expositions Vue de Paris 2010_noir et blanc_photographies Ons abid

Catalogue expositions Vue de Paris 2010_noir et blanc_photographies Ons abid

Festival design et Mode - Musée de Carthage - Tunisie





Catalogue exposition Mémoire enfumée 2008_Ons Abid photographie Tunisie

Catalogue exposition Mémoire enfumée 2008_Ons Abid photographie

 




Ons Abid_D'une génération à l'autre

D'une génération, l'autre

article le Temps : Khalil Khalsi




« Les Images Voyageuses » vues par Ons Abid

« Les Images Voyageuses » vues par Ons Abid

http://lesimagesvoyageuses.blogspot.fr/2012/03/les-images-voyageuses-vues-par-ons-abid.html




Argelès-sur-Mer La photo reporter tunisienne Ons Abid était l'invitée du festival Maghreb

http://www.flickr.com/photos/onsabid/6843753587/in/photostream/

http://www.lindependant.fr/2012/01/31/la-photo-reporter-tunisienne-ons-abid-etait-l-invitee-du-festival-maghreb,112679.php

Ons Abid Tunisian Reporter Woman

Argelès-sur-Mer
La photo reporter tunisienne Ons Abid était l'invitée du festival Maghreb
Le 31/01/2012 à 06h00 par Véronique Parayre
Ons Abid, femme photo reporter tunisienne.
Ons Abid, femme photo reporter tunisienne. © Photo Vé. P.

C'est une rencontre intense et brève, comme le sont d'instinct les meilleurs clichés, qui s'est déroulée hier à l'agence de L'Indépendant. Ons Abid, juste avant de prendre son train pour retourner dans son pays, nous a livré ses impressions, sur sa visite, les difficultés auxquelles elle se heurte pour s'exprimer et sur l'après-révolution tunisienne.

A 32 ans, l'une des rares femmes photojournalistes du Maghreb, s'est fait un devoir de témoigner. Passionnée, elle parvient avec les moyens du bord, à exercer sa passion pour l'image (elle est aussi graphiste de formation), malgré les risques, les pressions et la difficulté de se faire un nom dans ce milieu.

Après avoir suivi l'école des beaux-arts de Tunis, il y a trois ans, un concours lui permet de suivre durant quelques semaines des cours à l'école des arts photographiques d'Arles. Dans un même temps, elle est remarquée par le Word press parmi 14 photographes sélectionnés du monde arabe. Fin 2009, la correspondante de journal Jeune Afrique, revient à Sfax. La tension est à son comble, la révolution est imminente. Elle raconte : "C'était tendu, je n'ai pas voulu aller dans ma famille, pour ne pas les mettre en danger. Je n'avais aucune autorisation, je me suis débrouillée pour rejoindre ensuite Tunis et être le 14 janvier sur l'avenue Bourguiba et réaliser des photos qui allaient marquer l'histoire de la Tunisie, faire tomber la dictature et permettre à mon pays d'entrer dans une nouvelle ère".

Revenir pour "Visa"

Des clichés de la révolution qui ont été exposés pour la première fois en France à la médiathèque d'Argelès, dans le cadre du festival Maghreb : "Cette invitation m'a séduite, et les gens que j'ai rencontrés ont un esprit de partage extraordinaire, je suis très heureuse d'avoir participé. J'espère revenir dans le département à l'occasion de Visa pour l'image". En attendant, Ons Abid veut poursuivre son engagement : "Même si ce n'est pas facile, je ne vais pas lâcher, tout est à faire, après la censure... Ce qui me passionne ce sont les gens et surtout l'identité tunisienne". Il vous reste jusqu'à ce soir pour admirer les clichés à la médiathèque.




Ons Abid expose

Du 13 au 30 janvier 2012.

Le Souffle des Libertés

à Argeles-sur-mer
Vernissage le 13 Janvier à 19h30


Cette année, toujours dans l'actualité du Printemps arabe, la programmation colle aux événements qui font changer le monde, en mettant particulièrement l'accent sur la place des femmes et sur les enjeux majeurs de ces évolutions.

L'ouverture de cette 15e édition est donc prévue le 13 janvier à la médiathèque Argelès avec notamment l'expo de l'une des rares femmes photographe reporter (d'origine tunisienne) du monde arabe nommée Ons Abid, ses photos seront aux côtés des peintures de Françoise Dexmier.

Pour tout renseignement : 04 68 29 13 61 http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm

http://issuu.com/argeles-sur-mer/docs/cinema-festival-maghreb-loin-proche-1326232576




interview de Ons Abid sur Tunivisions

http://www.tunivisions.net/index.php?f=fiche-article&elementId=12414&ref=nf




Arabs don't believe revolutions will spawn new dictators

http://www.thedohadebates.com/news/item.asp?n=12222




Top